Une recette maison pour améliorer sa confiance en soi



La confiance en soi, l’estime de soi, l’affirmation de soi… Voilà des compétences comportementales qui mériteraient parfois qu’on les soigne un peu. Leur excès peut mener à l’arrogance, me direz-vous! Peut-être, mais leur faiblesse est un frein à la réalisation de soi. (Que de « soi » dans ce texte, quand même!)


Nous ne sommes pas tous égaux devant cette merveilleuse aptitude qui consiste à savoir s’estimer soi-même à sa juste valeur et se faire confiance. L’abondance d’articles, livres, ateliers et séminaires sur le sujet démontre quand même que la question trouve un écho plutôt large auprès de la population. En naviguant sur internet en quête d’informations, on comprend assez vite que notre éducation et l’attitude de nos parents quand nous étions enfants sont en cause, à l’origine.

Bon! Ce qui est fait est fait. On ne peut pas changer le passé. De là à s’exclamer : « c’est pas ma faute si je suis comme ça! », et mettre son mouchoir par-dessus, il n’y a qu’un pas! Pas, que je recommande de ne pas franchir. Il n’y a pas de fatalité. Dès l’instant où l’on prend conscience de l’une de nos faiblesses, on peut travailler à la corriger.

En effet, c’est se nuire que de se sous-estimer et de ne jamais oser entreprendre ou prendre sa juste place. Mais heureusement, ça se soigne! Oui, oui!
  1. La première étape c’est de croire que c’est possible! (C’est la condition sine qua non pour que ça marche!)
  2. La seconde est d’apprendre à se connaître : reconnaître ses forces et ses faiblesses; savoir sur quelles compétences on peut compter et quelles sont celles qu’on devrait développer.
  3. La troisième, c’est de vouloir s’améliorer et apprendre en permanence, chercher à se sentir compétent dans ce qu’on fait.
  4. La quatrième, c’est d’oser. Oser s’exprimer, oser faire, oser décider, oser se donner la chance de réussir, même si l’échec n’est pas exclu. D’ailleurs, Lao-Tseu (qui n’est pas né de la dernière pluie) disait : « L’échec est le fondement de la réussite ». Alors, vous voyez!
  5. Finalement, la mise en action est la meilleure façon de prendre de l’assurance, de valider son niveau de compétence pour pouvoir réagir au besoin, et de continuer à apprendre.

Quand on sait ce que l’on vaut - de quoi on est capable.-, on peut s’engager plus sereinement dans des activités. Et plus on fait, plus on apprend, plus on se sent compétent et plus on prend confiance. C’est un cercle vertueux.

En entreprise d’entraînement, c’est aussi ça que les participants viennent chercher : une plus grande confiance en leurs capacités, une meilleure maîtrise des compétences techniques et comportementales exigées par le marché du travail et, par la même occasion, une remise à niveau de leur estime de soi, indispensable à un retour heureux et durable en emploi.

Gestion Travail peut vous aider à retrouver le tigre qui est en vous!  😸  😉

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

L’entreprise d’entraînement : un «vivier» de talents!

Plein emploi, oui, mais…

Vous avez dit «entreprise d’entraînement»?