Apprendre quand on a quitté l’école depuis belle lurette!

Pupitres et tableau noir.


Un enseignant qui dispense son savoir académique, du haut de son estrade, à une classe silencieuse et passive, sensée absorber la connaissance ainsi diffusée pour pouvoir la restituer intégralement et à l’identique à la prochaine évaluation…

Voici les images qui me viennent en tête quand je pense à mes années d’école! Elles sont peut-être un peu «cliché», mais n’en témoignent pas moins de ce qu’a pu être, et est encore dans une certaine mesure, l’enseignement pratiqué depuis des générations. Si la méthode est discutable pour les enfants et adolescents, elle l’est encore plus pour des adultes.

La pédagogie a suscité bien des débats et a été l’objet de nombreuses doctrines depuis déjà plusieurs siècles. Elle évolue encore et s’adapte aux technologies, c’est heureux!

Apprendre à apprendre

Plus récemment, une nouvelle science a vu le jour, qui s’intéresse à l’éducation aux adultes et à leurs modes et styles d’apprentissage propres : on parle d’andragogie.

Le développement de la formation continue, sous l’impulsion du besoin croissant d’apprendre en permanence pour s’adapter à des environnements de travail changeants et aux nouveaux outils technologiques, a contribué à l’essor de cette discipline.

Aujourd’hui, on différencie la pédagogie et l’andragogie, accordant à l’adulte un statut particulier en termes d’apprentissage. En effet, on peut considérer qu'en général, sur le plan affectif, l’adulte a atteint un certain équilibre et une maturité que l’enfant n’a pas encore. Il est autonome et autodidacte et a besoin de se sentir libre de décider. Il a accumulé des expériences et des connaissances, a des habitudes, des traits de caractère et de personnalité. Tout ce bagage influe sur son style d'apprentissage et sur sa motivation à se développer, qui trouve en partie sa source dans l’usage qu’il pourra faire de ses nouveaux apprentissages, en lien avec les projets professionnels et les situations rencontrées au quotidien. Il est intéressé par l’acquisition d’un savoir, d’un savoir-faire ou d’un savoir-être qui soit applicable immédiatement ou très rapidement dans le cadre de son travail ou de sa vie personnelle. Il cherche à faire des liens avec ce qu’il connaît déjà. Il bâtit ses apprentissages à partir de ce qu'il a déjà intégré en y greffant les nouvelles acquisitions.

Apprendre en faisant

L’apprentissage dans l’action est une méthode qui répond bien aux besoins et aux particularités des adultes puisqu’il valorise l’expérimentation et l’atteinte de résultats concrets. Le développement de ses compétences se fait en intégrant ses nouveaux savoirs par la réflexion qu’il peut faire et les échanges qu’il peut avoir avec ses pairs sur l’action réalisée et sur les résultats obtenus.

Un modèle d’apprentissage décrit bien l’importance de la mise en pratique et de l’expérimentation, surtout en entreprise, avec une clientèle adulte. Il s’agit du modèle 70/20/10, qui distingue l’apprentissage formel et l’apprentissage informel. Le premier consiste en la formation traditionnelle, en classe ou à distance, constituée d’un transfert de connaissances unilatéral, du «maître» vers «l’élève». Ce type d’apprentissage, selon le modèle, ne concerne que 10% des connaissances utiles aux collaborateurs en entreprise et 10% du temps qu’ils consacrent à leur formation. Là où ils apprennent le mieux et le plus souvent, c’est dans l’action. En faisant, on apprend! C’est le 70% du modèle. Le 20% restant provient des échanges avec les collègues qui permettent de partager des points de vue, de revenir sur les expériences et d’y réfléchir, pour mieux comprendre les résultats et finalement mieux assimiler l’information.

Suivre une formation n’est pas essentiellement ce qui fait progresser l’apprenant! C’est plutôt de se voir confronter quotidiennement à un savoir qu’il doit mettre en application qui lui permettra de développer ses compétences.

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

L’entreprise d’entraînement : un «vivier» de talents!

Plein emploi, oui, mais…

Vous avez dit «entreprise d’entraînement»?